La Presse en parle / Compte pénibilité: pourquoi le Medef crie au loup

  • webm@ster
  • 0 Views
  • 0 Comment
  • No tags

Libération du 30 juin 2016

Pierre Gattaz menace ne pas appliquer les nouveaux critères du compte personnel de prévention de la pénibilité

Patrons, ne respectez pas la loi! C’est, en quelque sorte, le message envoyé, mercredi, par Pierre Gattaz, le numéro 1 du Medef, à ses adhérents. L’objet du délit annoncé: les obligations liées au compte personnel de prévention de la pénibilité (C3P) qui ne seront pas appliquées par les entreprises, assure le président de l’organisation patronale. Et ce alors que six nouveaux critères entrent en vigueur le 1er juillet. «Nous ne savons pas comment faire», se désole Gattaz pour justifier sa nouvelle attaque à l’égard du C3P. Un dispositif que le patronat n’a eu de cesse de combattre depuis son annonce en 2013, dans le cadre de la réforme des retraites.
Instauré par la loi du 20 janvier 2014, le C3P est une mesure emblématique de la réforme des retraites de 2013 visant à «compenser» l’allongement de la durée de cotisation. Son but: permettre aux salariés ayant exercé des tâches pénibles, de cumuler des points afin de bénéficier d’un départ à la retraite anticipé, de travailler à temps partiel sans perte de salaire ou de se former pour accéder à des postes moins ou pas exposés à la pénibilité. Pour Pierre Gattaz, le C3P, qu’il qualifie d’«usine à gaz», est tout simplement «trop compliqué», «inapplicable». D’où son annonce sous forme de menace: «On ne sera pas prêts le 1er juillet.»

LIRE L’ARTICLE
Share
LATEST WORK