Actus / DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE …

  • webm@ster
  • 0 Views
  • 0 Comment
  • No tags

Le dîner conférence du 3 novembre a été l’occasion de découvrir l’histoire de l’intelligence artificielle qui est somme toute récente puisqu’elle date des années 50. Les scientifiques ont compris qu’une machine qui pouvait manipuler des nombres pouvait aussi manipuler des symboles, ce qui a conduit à l’élaboration des premières machines pensantes. En 1956, a lieu la conférence de Dartmouth organisée par Marvin Minsky, John Mc Carthy, Claude Shannon et Nathan Rochester d’IBM qui posera les bases de l’IA « chaque aspect de l’apprentissage ou toute autre caractéristique de l’intelligence peut être si précisément décrit qu’une machine peut être conçue pour le stimuler ».

Les vingt années qui suivent verront l’essor de l’IA avec des ordinateurs capables de résoudre des problèmes algébriques de mots, de démontrer des théorèmes en géométrie. Cet essor se heurtera à la limite de la puissance de calcul des ordinateurs et au volume important nécessaire de données.
Enfin, dans les années 80, les premiers systèmes experts verront le jour et il faudra attendre le 11 mai 1997 avec l’arrivée de Deep Blue, le premier système de jeu d’échecs à battre le champion du monde Garry Gasparov.

De nos jours, les grandes entreprises du Web investissent massivement dans l’intelligence artificielle, et l’utilisation de toutes ces données (big data) liée à la puissance des ordinateurs pose déjà des problèmes d’éthique. Jean-Gabriel Ganascia conclut sur les changements importants à venir avec la robotisation qui dans certains domaines aide l’activité humaine mais aussi la remplace.

Intervention de Jean-Gabriel Ganascia le 3 novembre 2016 lors du dîner-conférence sur l’intelligence artificielle. De formation ingénieur et philosophe, Jean-Gabriel Ganascia est expert en intelligence artificielle. Depuis octobre 1988, il est professeur à l’université Pierre et Marie Curie et y enseigne principalement l’informatique, l’intelligence artificielle et les sciences cognitives.