Nous contacter
01 46 77 67 00

Auteur : webm@ster

Respect de la primauté de la prime annuelle

Suite à la réforme Travail de 2017, a été signé le 19 septembre 2018 l’avenant n°2 à l’accord collectif de branche du 3 mars 2015 sur la prime annuelle (cf. FEP express n°303). Cet avenant n°2 du 19 septembre 2018 a été étendu par le Ministère du travail par arrêté du 13 février 2019 paru au Journal Officiel du 21 février.

Du fait des transferts conventionnels issus de l’article 7 de la CCN, l’objet de cet accord de branche (négocié dans la continuité de la lettre commune signée par les partenaires sociaux le 18 avril 2018) est de préconiser aux entreprises de respecter la primauté de la prime annuelle de branche afin de ne pas y déroger (sauf dispositions plus favorables prévues par accord d’entreprise).
Par ailleurs, d’autres accords de branche comportant des règles similaires de primauté des dispositions conventionnelles relatifs aux différents éléments de rémunération figurant dans la CCN (cf. FEP express n°303) sont en cours d’extension. Nous ne manquerons pas de vous informer de leur entrée en vigueur.

Jean-Pierre DUQUESNE élu Président de la FEP Ile-de-France

Lors du Conseil d’Administration du 8 janvier 2019, Jean-Pierre Duquesne, dirigeant de l’entreprise Netindus, a été élu Président de la FEP Ile-de-France succédant ainsi à Philippe JOUANNY devenu Président de la FEP nationale.

Chef d’entreprise en activité, très investi dans la fédération, Jean-Pierre DUQUESNE assurait la vice-présidence et dirigeait le club des ETI. Il souhaite mettre toute son expérience au service des entreprises de propreté dans une logique de services, de promotion en adéquation avec les problématiques du territoire d’Ile-de-France.

Lors du Meeting Annuel de la FEP Ile-de-France, le mercredi 23 janvier, nous aurons le plaisir d’entendre Jean-Pierre Duquesne s’exprimer et partager sa vision pour notre fédération.

LEADERSHIP AU FEMININ, VOTRE SINGULARITE EST LA CLE DE VOTRE SUCCES

Toutes les femmes, cheffes d’entreprises ou top manageuses, présentes au dernier Club de l’Entrepreneuriat au Féminin, sont pleinement convaincues d’être aussi compétentes que les hommes pour gérer une entreprise avec succès.Toutefois, les chiffres le démontrent, les femmes ne représentent encore que 27,3 % des dirigeants des entreprises françaises (Enquête Infogreffe).

Malgré, une réelle évolution ces trente dernières années, les stéréotypes ont la vie dure et sont profondément ancrés dans notre inconscient individuel et collectif. Les injonctions sociales ont un impact sur le leadership au féminin, car on attend des femmes qu’elles aient tout à la fois des qualités « viriles » et « féminines ».

Consciente de ce fait, le Club de l’Entrepreneuriat au Féminin a convié Florence Sandis, pour échanger sur cette question du Leadership au féminin autour de son livre « Brisez le plafond de verre — 12 clés pour réussir au féminin ».

PRENDRE CONSCIENCE DE SES PEURS ET DE SES CROYANCES LIMITANTES POUR SE DÉPASSER

Pour Florence Sandis, certes, les femmes doivent faire face à des préjugés sociaux qui découlent de plusieurs milliers d’années d’hégémonie masculine, mais c’est à chaque femme de se libérer de cette emprise.

La crainte et la peur ne sont pas exclusivement réservées aux femmes. La peur de ne pas être capable, du jugement des autres, de l’inconnu et de déplaire touche aussi bien les hommes que les femmes

« L’important n’est pas ce qu’on a fait de moi ; mais ce que je fais moi-même de ce qu’on a fait de moi. »

— Jean-Paul Sartre.

Florence Sandis conseille de remplacer les croyances limitantes par des croyances stimulantes et de faire comme si « nous n’avions pas peur ». Ces techniques ont pour but de reprogrammer l’inconscient pour dépasser son plafond de verre et ses peurs.

TRAVAILLER SON LEADERSHIP, C’EST AVOIR PLEINEMENT CONSCIENCE DE SA SINGULARITÉ

Gagner en assurance et en crédibilité passe par le fait de se connaître soi-même, et de le faire savoir. Pour se distinguer et réussir, il est judicieux de faire ce que personne d’autre ne peut faire pour être légitime et meilleur que les autres.

Cette connaissance de soi est un long chemin, qui se travaille toute la vie. Qu’aime-t-on faire ? Que fait-on facilement et instinctivement ? Quels sont les compliments que l’on me fait ?

Il est essentiel d’identifier ses atouts. Chaque femme doit prendre conscience de sa singularité, l’incarner et la faire connaître à son entourage.

RÉUSSIR, C’EST AUSSI SAVOIR SAISIR TOUTES LES OPPORTUNITÉS QUI SE PRÉSENTENT ET PARTAGER LA CHANCE AVEC LES AUTRES

L’être humain est un animal social. On ne réussit jamais seul. Que l’on soit une femme ou un homme, les autres sont porteurs d’opportunité et il faut se tenir prêt à saisir les bonnes occasions. La réussite est contagieuse. Partagez-la avec les autres.

Pour saisir les opportunités qui se présentent, il faut accepter de sortir de sa zone de confort. Il ne se passe rien dans la routine et les habitudes. C’est en prenant des risques que l’on peut rencontrer le succès et se rencontrer soi-même.

«  Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends ». 

Nelson Mandela

NE CHERCHEZ PAS À ÊTRE UN HOMME AU FÉMININ, SOYEZ VOUS MÊME

Entreprendre est un challenge. Les femmes peuvent s’en emparer avec leurs différences et leurs particularités. C’est en acceptant leurs spécificités qu’elles peuvent travailler leur singularité et leurs atouts.

Chaque femme doit sortir des stéréotypes pour créer son propre chemin. Pour Florence Sandis, la clé pour « briser le plafond de verre » est avant tout de « s’amuser » et de « se faire plaisir  ».

  • 1
  • 2